L’éditorial du Président

Juillet 2020

Par le Professeur Didier Samuel, Président-Administrateur du CNCR

 

"J’ai le souhait d’une recherche dynamique, valorisant toutes ses composantes, au-delà du prescriptif et des essais."

L’Assemblée générale du CNCR m’a élu Président-administrateur du GCS CNCR le 16 juin 2020. Je suis heureux et fier de prendre la suite du Professeur Antoine Magnan, qui a fourni aux côtés des équipes du CNCR un travail de fond important pour la recherche en santé pendant 4 ans.

La recherche a toujours été au cœur de ma carrière : doyen de la faculté de médecine Paris-Saclay depuis 2017, j’y enseigne l’hépatologie et la gastroentérologie. Je suis également, depuis 1999, Responsable de l’Unité d’Hépatologie et de Réanimation Hépatique, Centre Hépatobiliaire Hôpital Paul Brousse (AP-HP), à Villejuif et je dirige l’unité INSERM Paris Saclay 1193 depuis 2005. J’ai eu pendant 5 ans des fonctions d’Editeur en Chef d’un Journal scientifique Européen.

Le CNCR est à mes yeux au carrefour de la recherche. J’ai le souhait d’une recherche dynamique, valorisant toutes ses composantes, au-delà du prescriptif et des essais. Le développement de la recherche translationnelle doit aussi concentrer nos efforts. Replacer la France dans la compétition internationale dans le domaine des essais cliniques est à mon sens prioritaire, via différents moyens : développement des leviers de simplification administrative, accroître la capacité de mobilisation et d’inclusion de patients, ou encore favoriser les réseaux tout en maintenant la qualité de la recherche.

 La diversité des membres et partenaires du CNCR est sa force : la CNDGCHU, la CNDGCH, la Conférence des PCME de CHU et celle des PCME de CH, la Conférence des Doyens de Faculté de Médecine, les EPST, ainsi que les ministères en charge de la santé et de la recherche… Chacun de ces acteurs est important pour une recherche en Santé de qualité de niveau national et international. Il faut travailler à leur rapprochement autour d’objectifs communs, pour consolider des axes forts et développer des approches innovantes : renforcer les financements de la recherche en santé, accompagner l’innovation, encourager la recherche transdisciplinaire, ...

Le contexte de crise COVID-19 met en lumière l’urgence du besoin de changement dans les domaines de la santé, de manière générale. Le calendrier immédiat est source d’opportunités pour y répondre : le Ségur de la santé, lancé le 25 mai 2020 ; le vote de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche prévu en juillet. Nous devons arriver à mettre en avant l’importance de la Recherche en Santé et son renforcement significatif. Espérons que les bases soient jetées pour construire ensemble un projet innovant et porteur pour les 4 années à venir, au long desquelles je m’engage à être à votre écoute et disponible.